Créer un site internet

2. Les fonctions de la douleur

  

 

     Fondamentalement, la douleur a un rôle de signal d’alarme utile. Elle met en alerte l’individu et l’invite à remédier à une situation dangereuse pour son intégrité physique. Une sensation douloureuse peut être passagère alors que le signal agressif est toujours présent, c’est pour cela que les gens la craignent. Pour déterminer le site d’une blessure ou d’un trouble organique, il faut souffrir, cette douleur est donc nécessaire. Par exemple quand on se brûle, les tissus touchés envoient un message de souffrance au cerveau pour qu’il fasse ce qui est nécessaire pour mieux se sentir. Plus la douleur est intense, plus on souffre mais plus notre corps réagit vite face à cette alerte.

 

 

L'insensibilité congénitale à la douleur (ICD)

 

     Il existe des personnes qui ne ressentent aucune douleur. Si l’absence de douleur est une condition qui peut paraître intéressante à première vue, elle est en fait très dangereuse. Elle induit en effet le risque qu’une maladie ou une blessure reste sans soins et dégénère jusqu’à une issue fatale. Car toute blessure, même minime, est susceptible de s'aggraver si elle est détectée trop tardivement.

Ces personnes souffrent de ce qu'on appelle une Insensibilité Congénitale à la Douleur (ICD) Dès le plus jeune âge, les personnes qui sont atteintes de cette maladie peuvent souffrir de problèmes plus ou moins graves ( brûlure, coupure, hématome, infection... ). Il est fréquent que, dans les premiers mois de leur vie, les enfants atteints s’infligent des automutilations sans s’en rendre compte. L'arrivée des premières dents de lait permet de faire le lien avec la maladie. L'enfant, qui va avoir tendance à passer sa langue sur la dent qui sort, peut se blesser et se mordre ce qui provoquera  des lésions buccales très douloureuses. Dans le cas d’une analgésie congénitale, l'enfant ne s'en plaindra pas. En plus d’un retard mental et de troubles divers, ils sont incapables de réaliser le réflexe d’évitement (ou de retrait) en réponse à une stimulation douloureuse.

 

Quelles sont les causes responsables de cette maladie?

    

     A ce jour, les mécanismes à l'origine de l'insensibilité à la douleur restent flous, mais les scientifiques ont réussi à identifier plusieurs causes possibles.

 

L'effet des endorphines:

 

     Certaines personnes présenteraient dans le cerveau une production excessive d'endorphines, des molécules qui ont un puissant effet antidouleur. C'est-à-dire que c'est une substance qui a pour effet de diminuer l'activité cérébrale et la perception de l'environnement qui entoure la personne; et donc de diminuer sa perception de la douleur.

La ß-endorphine, molécule d’endorphine la plus commune chez l’homme est composée d'une chaîne de 31 acides aminés. 

Afficher l'image d'origine

 

La béta-endorphine et ses 31 acides aminés (http://leffet.placebo.free.fr/ )

 

 

 

 

     Le premier pôle d’action des endorphines est le thalamus. Il s’agit d’un centre intégrateur du système nerveux qui joue le rôle de relais entre l’organisme et le cortex cérébral, centre décisionnel de l’encéphale. C’est au niveau des zones de contact entre deux neurones qu’agissent les endorphines:

Les endorphines viennent se fixer sur les récepteurs à neuromédiateurs du neurone post-synaptique et ouvrent le « canal » de ce récepteur. Les anions chlorures naturellement présents dans la fente synaptique s’engouffrent alors dans le canal ouvert par les endorphines dans le neurone post-synaptique.

Le chlore, porteur d’une charge électrique négative, contribue à rendre le neurone moins excitable. Le neurone est hyper-polarisé* et donc inhibé*: l’intensité du message nerveux de douleur est diminuée. L’individu ressent donc moins voir plus du tout la douleur.

 

Afficher l'image d'origine 

Mode d'action des endorphines (http://greenzonetahiti.com/ )

 

 

 

Une mutation au niveau des canaux ioniques:

 

D'autres, en revanche, souffriraient de mutations génétiques interférant dans le système de déclenchement de la douleur.

     Au niveau du génotype, tous ceux qui sont atteints de la maladie sont porteurs de la même mutation sur le gène SCN9A. Ce dernier contrôle le développement de canaux ioniques au niveau des neurones associés à la sensation de douleur. Ces canaux permettent normalement aux ions sodium de voyager d'une cellule nerveuse à l'autre, créant un influx nerveux et électrique qui aboutit au cerveau, où il permet de générer la sensation de douleur. Néanmoins, avec la mutation, le gène SCN9A se trouve surexprimé, et empêche, les neurones de transmettre les signaux électriques censés déclencher la douleur.  Au niveau du phéotype moléculaire, le gène SCN9A est responsable d'une partie de la structure des canaux sodium Nav1.7 (appelé sous unité alpha). Ces canaux sont présents dans les cellules nerveuses, les nocicepteurs. Au niveau du phénotype cellulaire, les canaux Nav1.7 permettent l'entrée en soduim (chargés positivement) dans les cellules nerveuses. Lors d’une mutation du gène SCN9A, les sous-unités alpha fabriquées grâce au gène sont non-fonctionnelles. Elles ne peuvent donc pas être utilisées pour créer des canaux sodiques Nav1.7. L’absence de ces canaux rend les nocicepteurs incapables de transmettre l’information sensorielle relative à la douleur au cerveau. Pour le cas de la brûlure, il y a donc au niveau du phénotype macroscopique, présence de la marque de la brûlure mais aucune douleur n'est ressentie.

 

Quelles sont les conséquences que peuvent avoir l'ICD sur un individu ?

 

     L'absence de sensation douloureuse expose le malade à de nombreux dangers avec des risques de traumatismes passant inaperçus, surtout chez le nourrisson et le jeune enfant. En effet les gestes les plus anodins de la vie quotidienne peuvent conduire à des blessures diverses plus ou moins profondes. Cette maladie entraîne plusieurs conséquences:

 

  • Un retard intellectuel
  • Automutilation pour comprendre leur corps
  • Des brûlures
  • Des accès de fièvre
  • Des lésions de morsure des lèvres ou de la langue
  • L'imitation d’enfants qui sont sensibles à la douleur
  • La déformation des articulations
  • Des blessures de la langue lors des pertes des dents de lait et arrachage des dents de lait
  • Lésions de frottement au niveau des ongles de pieds

 

 

La douleur a donc des fonctions capitales pour l'individu. Sans le message douloureux,ou le signal que quelque chose ne va pas, des douleurs minimales peuvent s'avérer être catastrophiques. 

 

 

 

Glossaire:

 

 

-hyper-polarisé: faire subir une concentration sur un même point en grande importance

 

-inhiber: Inhiber est un verbe utilisé pour définir laction dempêcher ou de ralentir un processus ou unréaction.

 

Ajouter un commentaire